Association de développement local de proximité
 
Association de la loi 1901
 
  Association des Volontaires pour l'Environnment Sain
  A.V.E.S-TOGO
  PHILOSOPHIE
  PAYS: TOGO
  ASSOCIATION
  DOMAINES D'INTERVENTION
  PROJETS
  STAGE CONVENTIONNE ET ECOVOLONTARIAT
  MISSIONS PROPOSEES
  ECOTOURISME COMMUNAUTAIRE
  INSCRIPTION
  CHANTIERS D'ETE 2010
  PARTENAIRES
  RAPPORTS D'ACTIVITES
  A.V.E.S EN IMAGE
  FORUM
  Newsletter ECO-A.V.E.S
  FORMALITES DE VOYAGE
  Contact
A.V.E.S-TOGO, organisation de la loi 1901. Siège Social: Danyi Gabi, Bureau de Coordination: Quartier Tsivé, Kpalimé BP:694 TEL:(00228)9892122/+2284426251
PAYS: TOGO

 

      L’Afrique de l’Ouest présente de grandes différences paysagères et culturelles même si elle est considérée comme un ensemble cohérent d’états. Le 28 mai 1975 fut créée la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, CEDEAO. Elle regroupe tous les pays cités ci-dessus sauf les îles du Cap-Vert, la Mauritanie et São Tomé et Príncipe. Le président Nigérien Tandja Mamadou a été reconduit à sa résidence le 13 janvier 2006 alors que depuis Janvier 2007 c’est Blaise Compaoré, président du Burkina-Faso qui en préside la commission. De cette  communauté économique est née la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest, elle rassemble les pays utilisant le Franc CFA pour monnaie :
Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Le Togo fait aussi partie d’un autre accord rassemblant des pays d’Afrique de l’Ouest : l’Entente.
Cette coopération facilite notamment le déplacement des visiteurs entre plusieurs de ces pays : Côte d’Ivoire, Burkina-Faso, Togo, Bénin, et Niger. Car il existe un visa commun pour ces 5 pays, il est d’une validité de deux mois.
 
 Le Togo
Le Togo est un pays de l’Afrique de l’Ouest, ouvert sur le golfe de Guinée, limité au nord par le Burkina-Faso, à l’est par le Bénin et à l’ouest par le Ghana. Le Togo couvre une superficie de 56 785 Km², s’étirant sur environ 550 Km du Nord au Sud pour une largeur
n’excédant pas 130 km. La capitale du pays est Lomé. Le Togo a été colonisé successivement par les Allemands, puis par les Français et les Britanniques, le pays est indépendant depuis 1960. Il a entamé, depuis 1990, un lent et difficile processus de démocratisation, qui a été marqué, en 1993, par des exactions des forces armées contre la population et l’exode massif des habitants de Lomé.
Le pays se divise en cinq régions administratives séparant le pays en bandes du Sud au Nord : la région Maritime dont la plus grande ville est Lomé, la région des Plateaux dont la capitale est Atakpamé, la région Centrale et Sokodé, la région de la Kara et la ville du
même nom, et enfin la région des Savanes, la plus septentrionale avec Dapaong.
 
Le pays et ses ressources
RELIEF ET HYDROGRAPHIE
La région côtière est constituée par une étroite ouverture sur la mer d’à peine 50 km. Un cordon littoral sableux sépare cette côte relativement hostile du fait de la force de la mer d’une zone de lagunes où se situe le lac Togo. En remontant vers le nord on trouve une barrière montagneuse qui traverse le pays dans le sens nord-est / sud-ouest. Ce massif ancien et érodé, d’une altitude moyenne de 600 à 800 m, culmine à 986 m au mont Agou.
Les monts du Togo, au centre, se prolongent vers le nord par le plateau Bassari et les hauteurs dominant Kara (Monts Kabyé) pour rejoindre le massif de l’Atakora au Bénin.
Ces reliefs donnent naissance aux principales rivières qui arrosent le pays dont le fleuve Mono, qui marque la frontière avec le Bénin.
CLIMAT
Le Togo possède un climat subéquatorial au sud et subsahélien au nord, avec des températures annuelles moyennes comprises entre 27°C et 30°C sur le littoral. Le Sud est soumis à deux saisons des pluies, d’avril à juillet et d’octobre à novembre. En revanche, le Nord est soumis à un climat presque sahélien avec une longue saison sèche marquée par l’harmattan (vent sec du nord-est chargé de poussières sahariennes) et une seule saison des pluies, d’avril à juillet, responsable de précipitations importantes sur les montagnes.
LA FAUNE ET LA FLORE
La mangrove occupe le pourtour des lagunes et les parties marécageuses du littoral infiltrées par l’eau de mer mais elles sont aujourd’hui de plus en plus dégradées et ensablées. Quelques parcelles de forêt primaire subsistent au sud-ouest dans les montagnes
à la frontière du Ghana. Ici, la forêt a été exploitée par les Allemands, qui ont aménagé des plantations de cacao. Cette zone forestière, est toujours occupée par des cultures de café ou de cacao, mais elle a aussi été reboisée de tecks, arbre d’origine asiatique à la pousse
rapide, utilisé dans la fabrication de mobilier. Plus au nord, la savane arborée couvre les plateaux et s’élargit avec des baobabs, des rôniers, des fromagers et des kapokiers. Des forêts-galeries plus ou moins denses bordent le cours des rivières. Le petit gibier et les
oiseaux abondent, notamment l’agouti (rongeur de grande taille). Crocodiles ethippopotames peuplent les rivières. Quant aux grands mammifères (buffles, antilopes et lions), ils occupaient essentiellement les savanes du Nord (parc de la Kéran), mais ils sont
aujourd’hui très rares ayant étés chassés lors des événements politiques de 1993.
 
 Population
DEMOGRAPHIE
La population du Togo est estimée en 2006 à 4 700 000 habitants. Le pays comprend une quarantaine de communautés. Les plus importantes sont celles des
Ewe et des groupes apparentés, Ouatchi et Adja (qui représentent près de la moitié de la population), et des petits groupes côtiers : Ahoulan et Peda (des pêcheurs), Mina et Guin (des commerçants) originaires du Ghana ; au nord, les Kabyés représentent 22% de la population ; certains ont émigré vers le sud-ouest dans les zones de colonisation agricole.
Les Bassari vivent sur le plateau Bassari, et sont réputés pour leur connaissance de la métallurgie du fer. Dans l’extrême-Nord, les Tamberma comptent parmi les plus anciennes populations du pays ; ils vivent dans des maisons fortifiées, souvenirs des razzias et des
migrations d’avant la colonisation. Comme au Bénin, on trouve sur la côte des descendants d’anciens esclaves revenus du Brésil et portant des noms portugais.
LANGUES ET RELIGIONS
Le français, langue officielle, est utilisé dans l’administration et dans le commerce. L’éwé et le kabyé, les deux principales langues nationales, sont enseignés à l’école, avec le français. Plus de la moitié de la population adhère aux croyances traditionnelles, qui imprègnent toujours les religions monothéistes (26% de catholiques et 9% de protestants), 20% de musulmans (principalement dans le Nord), les cultes syncrétiques sont nombreux sur la côte (vaudou, animisme).
INSTITUTIONS ET VIE POLITIQUE
À l’indépendance, en 1960, le Togo s’est doté d’une Constitution prévoyant le multipartisme, mais une vie politique mouvementée marquée par deux coups d’État
militaires a ouvert la voie au régime de parti unique, consacré par la Constitution de 1980.
Depuis 1990, le Togo s’est acheminé vers un multipartisme, fortement encadré. Un Haut conseil de la République, gouvernement de transition dirigé par un Premier ministre a accédé au pouvoir en 1991. En août 1993, quelques mois après que le mouvement démocratique a été réprimé violemment, Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis 1967, a été élu président de la République à l’issue d’un scrutin boycotté par l’opposition, auquel n’ont participé que 40% des électeurs.
Lors de l’élection présidentielle de juin 1998, le général Eyadéma a été reconduit avec 52,13% des suffrages exprimés. Le président Gnassingbé Eyadema est mort subitement le 5 février 2005. Son successeur est Faure Gnassingbé qui est entré en fonction le 7 février 2005. Des élections présidentielles qui se sont déroulées le 24 avril 2005; ont permis à Faure Gnassingbé de prendre officiellement ses fonctions le 4 mai 2005. Des élections
législatives sont prévues en septembre 2007.
  
. Economie.E
En 2004, le produit intérieur brut (PIB) était de 1,9 milliards de dollars, soit un revenu annuel de 310 dollars par habitant. Les deux tiers de la population vivent de l’agriculture (cultures vivrières majoritaires), secteur qui représente 43% du PIB. Toutefois, les ressources minières (phosphates) constituent le principal moteur du commerce extérieur.
Après une très longue grève générale, se prolongeant de la fin de l’année 1992 aux premiers mois de 1993, et la diminution de l’aide internationale, à la suite des massacres de civils par l’armée togolaise, en 1993, l’économie s’est légèrement redressée depuis 1994, la
croissance a atteint 5,9% en 1996, elle était en 2004 de 1,5%. Cependant, l’économie informelle domine encore le pays.
AGRICULTURE
Le quart de la superficie du Togo est cultivé. Pourtant, ce chiffre couvre des réalités très diverses ; il prend en compte aussi bien le petit champ de mil de la savane septentrionale que la parcelle de terre argileuse du Sud plantée en maïs ou en patate douce ; les statistiques oublient également que le petit fonctionnaire est souvent un agriculteur qui cultive ses ignames et ne dédaigne pas lancer son filet dans la lagune. La plus grande partie
de la production agroalimentaire provient de modestes exploitations et se compose de manioc, d’igname, de maïs, de sorgho, de riz, d’arachide et de plantain. Les principaux produits agricoles d’exportation, essentiellement cultivés dans le Centre et le Sud, sont le
cacao (8 000 tonnes en 2002), le café (17 000 tonnes), le coton (150 000 tonnes), ainsi que l’huile de palme et l’arachide. L’élevage est prépondérant dans le Nord. En 2002, le pays comptait 1,7 million de moutons, 1,4 million de chèvres, 289 200 cochons et 277 200 bovins. La pêche se chiffrait à 23 074 tonnes en 1999.
GISEMENTS MINIERS ET PRODUITS MANUFACTURES
Le Togo est l’un des premiers producteurs mondiaux de phosphates, principale ressource minière du pays. La production annuelle de phosphates qui s’élève à 3,5 millions de tonnes de concentré d’excellente qualité à la fin des années 80 tombe à 2 millions de tonnes en
1994 du fait des problèmes politiques et des grèves en découlant. En 1997, le Togo reste le 5e producteur mondial de phosphates qui représente 10% du PIB et 40% des recettes du pays. Une raffinerie de pétrole est installée à Lomé. Le Togo produit du diamant en petite
quantité et exporte du marbre brut provenant du gisement de Gnaoulou au nord de Notsé.
Les principaux produits manufacturés sont le ciment, la farine de manioc, l’huile de palme, les boissons et le savon dans la région méridionale, les textiles de coton dans le centre.
COMMERCE EXTERIEUR
Les phosphates (environ 50% des recettes), le cacao, le café, le coton brut, le ciment, l’huile de palme, les noix de karité et les coeurs de palmier sont les principaux produits d’exportation. Quant à l’importation, elle consiste surtout en denrées agroalimentaires, textiles, machines, équipements électriques, matériaux de construction et équipements de transport. La France, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie et les États-Unis sont ses premiers partenaires commerciaux. Comme partout en Afrique de l’Ouest, les pays du Sahel (en l’occurrence le Burkina et le Niger) envoient du bétail sur pied destiné aux villes de la côte.
Le pays dispose d’un réseau routier de 7 520 Km, dont moins d’un quart est bitumé. Une ligne de chemin de fer nord-sud reliait le port de Lomé à Atakpamé au centre du pays, la zone cotonnière, elle est aujourd’hui désaffectée.
 
Histoire
LE PEUPLEMENT DU TOGO
Des objets lithiques (meules, broyeurs, pierres taillées) et des perles de pierre ont été découverts dans tout le pays, en particulier dans le Nord où la nature du terrain, plus sec et plus dégagé, les rendent plus visibles. Les nombreux vestiges de fourneaux et de scories permettent cependant d’affirmer que l’activité métallurgique était intense dans le centre et que les forgerons exportaient le fer extrait des minerais de la région jusqu’à Kano au Nigeria. Certains de ces hauts-fourneaux de trois à quatre mètres de hauteur, qui servaient aux Bassari à réduire le minerai de fer pour fabriquer des outils et des armes, étaient encore utilisés au début de l’époque coloniale. Le centre et le sud du pays ont subi les contre coups de la montée en puissance des Bariba du Bénin ainsi que du royaume du Dahomey et des Ashanti du Ghana. Réfugiées dans leurs montagnes, les populations locales ont résisté
cependant aux razzias de leurs voisins. Dans le Sud, les populations venues de l’Est (Bénin actuel et Nigeria) se sont installées en vagues successives à partir du XVè siècle, à l’aube de l’arrivée des Portugais sur la côte. Les Ewe se sont établis autour de Tado, près de Notsé, au siècle suivant. Leur roi, Agokoli, fit édifier une enceinte faite d’argile et de sang humain (un rite de fondation) pour protéger Notsé des réfugiés affluant du Nord. Au XVIIè siècle, devenus trop nombreux, les Ewe se sont dispersés dans le Sud et dans l’Ouest
jusqu'à la rive gauche de la Volta.
EPOQUE COLONIALE
Le Togo faisait partie de la côte des esclaves, l’une des premières régions où les Européens ont commencé à pratiquer la traite des Noirs. En 1884, l’explorateur allemand Gustav Nachtigal signe un traité de protectorat avec le chef du lac Togo, et l’année suivante, au congrès de Berlin, durant lequel sont délimitées les zones d’influence économiques européennes en Afrique, la côte togolaise est attribuée à l’Allemagne. Comme les autres puissances, l’Allemagne s’empresse de faire valoir ses droits le plus loin possible sur
l’arrière-pays. Les Allemands fondent le port de Lomé et mettent en place une économie de plantations, notamment dans la région de Kpalimé, propice à la culture du cacao et du café.
En 1914, après l’éclatement de la Première Guerre mondiale, une opération conjointefranco-britannique force les Allemands, retranchés à Atakpamé, à capituler dès le mois d’août 1914.
En 1920, la France et la Grande-Bretagne procèdent au partage définitif du pays. Lomé et toute la région côtière, soit les deux tiers de la colonie allemande, deviennent le Togo français, tandis que la partie occidentale, plus petite, est administrée par la Grande-
Bretagne qui l’intègre à la Côte-de-l’Or. En 1956, à l’issue d’un référendum, le Togo britannique est incorporé à la Côte-de-l’Or, qui devient le Ghana au moment de son indépendance en 1957.
LE TOGO INDEPENDANT
En 1958, un nouveau référendum, organisé sous l’égide de l’ONU, permet au Togo français d’accéder à l’autonomie, en tant que république, au sein de la Communauté française. L’Union des forces du changement, qui milite pour une indépendance totale, dirige le premier gouvernement autonome. Sylvanus Olympio, leader du parti, originaire du Sud, devient chef du gouvernement Le Togo devient indépendant le 27 avril 1960, et obtient un siège à l’ONU en septembre. En janvier 1963, le président Olympio est assassiné, lors d’un putsch militaire auquel participait l'actuel chef de l'État Gnassingbé Eyadéma. Nicolas Grunitzky est alors chargé par l’armée de former un gouvernement provisoire et assume les fonctions de président. En janvier 1967, l’armée est à l’origine d’un nouveau coup d’État et place le lieutenant-colonel.
Le président Gnassingbé Eyadema est mort subitement le 5 février 2005. Son successeur est Faure Gnassingbé qui est entré en fonction le 7 février 2005. Des élections présidentielles qui se sont déroulées le 24 avril 2005; ont permis à Faure Gnassingbé de prendre officiellement ses fonctions le 4 mai 2005. Son premier ministre est Yawovi Agboyibo, un opposant de longue date au régime. Sa nomination est intervenue après la signature d'un accord politique global qui prévoit la formation d'un gouvernement d'unité nationale jusqu'à l'organisation d'élections législatives en 2007. La tenue de ce scrutin
conditionnera la reprise pleine et entière de la coopération entre le Togo et l'Union Européenne. Après avoir explicité le lieu de l’étude il est important de décrire l’organisme qui m’a accueilli en stage : ses objectifs, son mode de fonctionnement et ses partenaires. Ce qui enduira la présentation du projet dans lequel prennent tout leur sens les missions qui m’ont été confiées.
 
 
 
Association de développement durable à la base  
  A.V.E.S-TOGO (Association des Volontaires pour l’Environnement Sain au Togo) est une organisation apolitique et à but non lucratif sous forme de décret du 01 Juillet 1901.
A.V.E.S-TOGO est un instrument de développement communautaire participatif et auto entretenu qui améliorent de façon durable les conditions de vie des populations.


 
Publicité  
   
Stage conventionné et écovolontariat  
  Dans son programme de renforcement institutionnel et opérationnel, A.V.E.S-TOGO recherche et place des volontaires et bénévoles étudiants, stagiaires, formateurs, animateurs, enseignants et consultants de projets désireux faire en plein temps un stage et prêter une assistance, soit sur les projets à court terme (chantiers de 02 ou 03 semaines), soit sur ceux à moyen et à long terme (M.T.V/ L.T.V) d’un (01) mois et plus.

 
Tourisme Responsable et Solidaire  
  Association des Volontaires pour l’Environnement Sain vous propose un tourisme intégré et responsable à tous ceux qui désirent aller découvrir une autre vie au quotidien dans une autre culture.
Ce voyage consiste à échanger avec les populations togolaises et à les rencontrer dans leur train-train quotidien afin de les permettre de bénéficier directement des retombées économiques de votre voyage.
Nécessitant un effort de garantir le respect de leurs traditions et leur environnement naturel, ce voyage solidaire est établi à travers une franche et étroite collaboration avec les réceptifs et les professionnels locaux qui vous assurent des séjours à caractère responsable dur de nombreux sites près des populations locales : séjours d’immersion, circuits culturels, stages multi activités, visites des projets de développement communautaires.

 
Circuits touristiques  
  Bien veuillez contacter le Bureau Exécutif de l'Association ou le lien: www.tourismesolidaireautogo.com  
Camps chantiers internationaux avec A.V.E.S-TOGO  
  Dans son programme d'échange culturel et de la non-violence, Association des Volontaires pour l'Environnement Sain organise chaque année des camps chantiers jeunes de solidarité internationale pour la non-violence et la culture de la paix.
Tout groupe ou individu peut participer à ce programme sans exclusion.
Veuillez consulter le blog de l'A.V.E.S-TOGO: http://avestogo.skyrock.com
www.tourismesolidaireautogo.com
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
En un environnement sain, nous croyons!